Plus de sci­ence, moins de cha­peau en alu­mini­um : pour une expan­sion rapi­de et com­plète de la 5G

Les nou­velles tech­nolo­gies peu­vent sus­citer des craintes. Lorsque les pre­mières lignes de chemin de fer ont été ouvertes au début du XIXe siè­cle, les inquié­tudes étaient nom­breuses. Il y avait la crainte de ne pas pou­voir respir­er à une telle vitesse ou que les yeux soient endom­magés s’ils s’adap­taient à la vitesse. Si l’his­toire nous a appris quelque chose sur la tech­nolo­gie, c’est que nous feri­ons mieux d’écouter les faits sci­en­tifiques que nos craintes. Il faut cer­taine­ment répon­dre à ces craintes, mais elles ne doivent pas entraver le pro­grès. 

C’est pourquoi nous exi­geons des Jeunes vert’libéraux une approche sci­en­tifique et objec­tive de la tech­nolo­gie 5G. Comme toute nou­velle tech­nolo­gie, la 5G présente des oppor­tu­nités et des risques, et nous voulons exploiter pleine­ment les pre­mières tout en con­tenant les sec­onds. La 5G offre d’énormes pos­si­bil­ités, en par­ti­c­uli­er pour l’in­dus­trie, mais aus­si pour les véhicules autonomes, les util­isa­teurs de ser­vices inter­net, la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­nement ou les maisons intel­li­gentes. Les Jeunes vert’libéraux exi­gent de la poli­tique suisse les mesures suiv­antes :

  1. L’é­conomie devrait devenir plus résis­tante à la crise. C’est pourquoi l’ex­pan­sion de la 5G doit devenir une pri­or­ité nationale. Nous avons besoin d’une infra­struc­ture solide allant jusqu’au vil­lage le plus éloigné. Tout le monde devrait avoir un excel­lent accès à l’in­ter­net sans ris­quer de voir son organ­i­sa­tion s’ef­fon­dr­er, comme on le craig­nait lors de la pandémie de Coro­na. Des ser­vices comme Net­flix ont dû réduire leur vol­ume. C’est pourquoi nous appelons à une expan­sion rapi­de et com­plète de la tech­nolo­gie 5G dans les vil­lages les plus reculés. 
  2. Les com­munes et les can­tons doivent être encour­agés à coopér­er. Ils doivent égale­ment pou­voir con­tac­ter un cen­tre de con­seil nation­al. Cela leur per­me­t­tra d’ex­pli­quer au pub­lic les faits sci­en­tifiques con­cer­nant la 5G, mais aus­si de clar­i­fi­er à l’a­vance les ques­tions juridiques. Par exem­ple, les mora­toires com­mu­naux ou can­tonaux sur la 5G sont inad­mis­si­bles.
  3. Nous deman­dons une har­mon­i­sa­tion des valeurs lim­ites et une adap­ta­tion à la norme inter­na­tionale afin d’adapter la méth­ode de mesure aux nou­velles car­ac­téris­tiques du ray­on­nement. Cela cor­re­spondrait aux dernières décou­vertes sci­en­tifiques et accélèr­erait le développe­ment de la tech­nolo­gie. Selon le rap­port de l’Of­fice fédéral de l’en­vi­ron­nement (OFEV), ces ajuste­ments per­me­t­traient d’é­conomiser 4,5 mil­liards de francs dans le cadre de l’ex­ten­sion de la 5G et pour­raient égale­ment être mis en œuvre plus rapi­de­ment.
  4. Le principe de pré­cau­tion doit être main­tenu. Nous avons besoin de plus de recherche sur les effets de la tech­nolo­gie 5G sur la san­té, et la Con­fédéra­tion devrait soutenir cette recherche là dès que pos­si­ble. Cela doit aller de pair avec l’é­d­u­ca­tion du pub­lic afin que celui-ci soit con­scient des oppor­tu­nités et des risques.
  5. Nous devons nor­malis­er et sim­pli­fi­er la procé­dure d’oc­troi de per­mis pour les sites d’an­tennes nou­veaux ou mod­i­fiés. Les obsta­cles bureau­cra­tiques ne con­duisent pas à une plus grande sécu­rité, mais seule­ment à un retard et à une aug­men­ta­tion du coût du proces­sus de trans­for­ma­tion.
  6. Les avan­tages de la 5G et de la numéri­sa­tion doivent être exploités le plus large­ment pos­si­ble. En Suisse, de nom­breuses entre­pris­es sont déjà très inno­vantes dans ce domaine. Dans cer­tains secteurs, tels que l’a­gri­cul­ture, où d’énormes béné­fices peu­vent égale­ment être obtenus pour l’en­vi­ron­nement, la mise en œuvre des nou­velles tech­nolo­gies est plutôt lente. Les inci­ta­tions en faveur des nou­velles tech­nolo­gies doivent être cor­recte­ment définies et des con­seils facile­ment acces­si­bles doivent être four­nis.

Fon­da­men­tale­ment, nous atten­dons des politicien·ne·s qu’ils·elles s’en­ga­gent dans un débat factuel dom­iné par les faits sci­en­tifiques et non par les émo­tions — que ce soit sur la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­nement ou sur la 5G.

shutterstock_1183499047-e1556867511664

Con­tact

Ana Fontes Mar­tins, Co-prési­dente JVL Suisse:

+41 77 434 26 34

ana.fontesmartins@vertliberaux.ch

ana_01
Related Projects

Start typing and press Enter to search

X