Assem­blée générale du 29.01.2022

POUR NOS START-UPS, OUI À LA
SUPPRESSION DU DROIT DE TIMBRE

Réu­nis en assem­blée dig­i­tale ce same­di après-midi, les Jeunes vert’libéraux Suisse ont don­né leurs mots d’ordre pour les qua­tre objets de vota­tions de févri­er. Ils ont égale-ment décidé de rejoin­dre en tant que mem­bre à part entière LYMEC (The Euro­pean Libe-ral Youth), l’organisation européenne regroupant tous jeunes par­tis « frères » des Jeunes vert’libéraux à tra­vers l’Europe. Sur les objets soumis au vote le 13 févri­er, les Jeunes vert’libéraux se sont pronon­cés à une large majorité pour la sup­pres­sion du droit de tim­bre. De plus, les Jeunes vert’libéraux ont dit un non très clair à l’initiative visant à inter­dire l’expérimentation ani­male. Con­cer­nant l’initiative pop­u­laire « enfants sans tabac », les Jeunes vert’libéraux se sont pronon­cés en faveur du oui, esti­mant que le texte ne con­te­nait pas d’interdiction de vente mais pour­suiv­ait un but de préven­tion auprès des jeunes. Enfin, les Jeunes vert’libéraux se sont égale­ment pronon­cés en fa-veur du train de mesures pour les médias.

Les Jeunes vert’libéraux Suisse ont accep­té à une très large majorité la sup­pres­sion du droit de tim­bre. Effec­tive­ment, la Suisse a tou­jours été une terre d’innovation et il serait insen­sé de préserv­er une insti­tu­tion qui est une relique du passé. « Il s’agit d’un impôt instau­ré pour financer les dépens­es liées à la 1ère guerre mon­di­ale en Suisse. En plus d’être obsolète, il bride claire­ment la capac­ité d’investir des jeunes entre­pris­es et des start-ups. » expli­quait Vir­ginie Cav­al­li, co-prési­dente. En effet, la jeunesse de par­ti est d’avis qu’un impôt prélevé sur des fonds lev­és pour inve­stir est par­ti­c­ulière­ment néfaste à la com­péti­tiv­ité de la Suisse. Une fis­cal­ité des entre­pris­es com­péti­tive per­met à notre pays d’avoir une économie prospère et donc garante d’emplois.


Un oui égale­ment au train de mesures en faveur des médias, car, mal­gré ses imper­fec­tions, il con­tient de bonnes inci­ta­tions en faveur de la tran­si­tion numérique. En revanche, un non sans équiv­oque à l’initiative rad­i­cale d’interdiction de l’expérimentation ani­male. « Nous espérons que les expéri­men­ta­tions sur les ani­maux seront aban­don­nées à terme, leur quan­tité ayant déjà énor­mé­ment bais­sé ces 30 dernières années. Les Jeunes vert’libéraux s’engageront pour que cette ten­dance per­dure. En revanche, l’interdire du jour au lende­main ne ferait pas de sens, tant sur le plan de la médecine humaine que vétéri­naire. » expli­quait Vir­ginie Cav­al­li. La pro­tec­tion et le bien-être ani­mal sont une pri­or­ité pour les Jeunes vert’libéraux (voir notre papi­er de posi­tion « Pro­tec­tion des ani­maux »), mais il est trop tôt pour se pass­er com­plète­ment d’essais clin­iques sur les animaux.


Enfin, après quelques débats, les Jeunes vert’libéraux ont dit oui à l’initiative dite « enfants sans tabac ». « 57% des fumeurs ont com­mencé avant l’âge de 18 ans, nous avons donc estimé que cette ini­tia­tive était pro­por­tion­née au but visé, soit la pro­tec­tion de la san­té des mineurs. » explique Vir­ginie Cav­al­li. Enfin, les Jeunes vert’libéraux se réjouis­sent d’être désor
mais mem­bre à part entière de LYMEC et de pou­voir échang­er de façon encore plus étroite et régulière avec leurs col­lègues engagés pour des valeurs libérales dans l’Europe entière.

Con­tact

  • Virginie Cavalli
    Vir­ginie Cavalli JVL Vaud
  • Tobias Vögeli
    Tobias Vögeli jvl Berne
Related Projects

Start typing and press Enter to search

X